la journée internationale des droits de la femme – contribution des seniors –

Strasbourg, le 2 mars 2018

          Lettre envoyée à Monsieur le Premier ministre Edouard PHILIPPE

         La journée internationale des droits de la femme le 8 mars 2018.

Le 8 mars 2018 devrait être un jour de fête dans chaque pays en recensant les avancées réalisées au profit des femmes.

En France, l’U. É. S. (Union Élargie des Seniors) fait malheureusement le constat suivant :

  • les femmes ont conquis l’égalité juridique dans de nombreux pays, chez nous cette égalité dans les faits est loin d’être acquise
  • les lois concernant l’égalité H/F au travail existent, les sanctions pour les entreprises qui ne la respecte pas datent de 2006 mais elles ne sont pas appliquées. Les femmes vivent cette INJUSTICE au quotidien !

Les faits les plus criants concernent l’emploi et la retraite,

 pour les femmes exerçant une activité professionnelle :

  • les emplois à bas salaires leur sont réservés en priorité
  • le travail à temps partiel, souvent sous-payé, concerne surtout les femmes (83 % des salariés à temps partiel).

Les femmes continuent de subir une mesure discriminatoire (chiffres de L’I.N.S.E.E.) : à fonction égale, leur salaire est inférieur de 25 % à celui des hommes.

“ A travail égal, salaire égal  ” est un slogan galvaudé que tous les décideurs politiques ont à la bouche surtout lors des campagnes électorales.

pour les femmes retraitées : 

  • 600 000 femmes  “ survivent ” avec l’ASPA ( Allocation de Solidarité aux Personnes Agées ), ancien minimum vieillesse, qui représente au maximum 803 €  par mois pour une personne seule à partir de 65 ans.

La retraite des femmes est inférieure de 40% en moyenne à celle des hommes (chiffres de l’I.N.S.E.E.) suite à des carrières interrompues pour élever les enfants, le chômage ou le temps partiel.                                    

Par ailleurs, le congé parental  (femme ou homme) n’est soumis à aucune cotisation sociale, donc pas de points de retraite !

 Toutes ces inégalités inadmissibles ne seront pas sans conséquence à l’heure du calcul de la retraite.

L’U. É. S. propose un  véritable effort pour les plus démunis,  dont une grande majorité de femmes en:

  • portant immédiatement l’A.S.PA. à 1000 € par mois

 L’ U. É. S. vous demande d’urgence des réformes permettant aux femmes seniors de ne plus se sentir les oubliées de la nation.

Claude Weber Président National

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s